LA PREMIÈRE JOURNÉE DE SODOME


du MARQUIS DE SADE et GERARD BERINGER

La Première de la collection LES CENT VINGT JOURNÉES DE SODOME visionné par un artiste


 

INTRODUCTION À LA COLLECTION. Les Cent Vingt Journées De Sodomevisionné par un artiste.

Le marquis de Sade est le plus grand pornographe du monde. Écrivant au moment de la Révolution française, il a produit une série de chefs-d’œuvre indécents qui étaient aussi extrêmes que toute œuvre écrite par la suite. S’il existe un art dans la pornographie, il fut celui lui donnant naissance. Mais il l’a également tué. Il n’a jamais été surpassé, la floraison d’un génie individuel, suivi par le mimétisme d’artistes moindres. Après le Marquis de Sade, il n’y eut plus rien à dire, il avait tout dit.

Le marquis de Sade est également un philosophe considérable. Sa pornographie agit comme le moyen de locomotion pour une diatribe continue contre l’Église et l’État. Sa dissertation politique Français, encore un effort si vous voulez être républicains est une dénonciation blessante de l’ordre et de la justice. Ainsi, le Marquis de Sade s’oppose avec acharnement à la peine capitale. Pourquoi ? Parce que tuer quelqu’un pour des raisons de droit ou de logique ne peut jamais être justifié, c’est impersonnel et inhumain et fondamentalement cruel. Le seul sens qu’il peut y avoir à tuer quelqu’un, c’est si ceci apporte du plaisir ou de la douleur à celui qui tue ou à celui qui est tué. Il est l’anti-Christ de la justice froide, le Savonarole des émotions extrêmes.

Les Cent Vingt Journées de Sodome est la première œuvre majeure du Marquis de Sade et est également son chef-d’oeuvre. Il l’a écrit alors qu’il était emprisonné à la Bastille pendant les derniers jours de l’Ancien Régime. Il écrivit en secret, et le stocka dans le briquetage de sa cellule. Quelques jours avant la prise de la Bastille, le 14 Juillet 1789, il fut précipitamment libéré et n’eut pas le temps de prendre son manuscrit avec lui. Il demanda à sa femme de revenir à la Bastille pour récupérer le manuscrit, mais elle ne put le faire avant que la Bastille fut prise d’assaut et détruite dans la frénésie de la Révolution. Le marquis de Sade a passé le reste de sa vie déplorant que son plus grand travail avait péri pour toujours. En fait, l’un des pillards avait trouvé le manuscrit et l’avait emporté avec lui. Il resta en mains privées pendant plus de cent ans sans que personne d’autre ne soit au courant de son existence. Les Cent Vingt Journées de Sodome ont seulement fait surface au regard du public dans la première partie du XXe siècle.

Pourquoi pratiquement personne n’a lu Les Cent Vingt Journées de Sodome? Pourquoi ce chef-d’œuvre de la pornographie est-il célébré en titre et auteur, mais cependant son contenu reste presque entièrement ignoré ? La réponse réside dans l’aberration de sa qualité. Il est si intensément obsessionnel et haineux et blessant qu’il vous écrase sous la violence de ses émotions. Il est trop extrême. Alors que la pornographie banale va titiller et réveiller, Les Cent Vingt Journées de Sodome mène inexorablement vers l’épuisement et le dégoût. Seul un lecteur étrange peut le lire comme si c’était juste une quelconque œuvre littéraire.

Dans l’édition La première journée de Sodome du Marquis de Sade et Gérard Beringer nous vous offrons la première d’une série de volumes où une seule journée de ce chef-d’œuvre est publiée, accompagné par la représentation de ce jour et la re-présentation à travers les yeux d’un artiste inspiré. Ainsi le lecteur se voit épargné l’épuisement de plus qu’un jour en un volume et est compensé par la luxuriance de l’imagerie inspirée par l’artiste. Chaque jour sera illustré par un artiste différent choisi parmi la grande variété de contextes, de styles et de culture. Nous souhaitons que le lecteur soit régalé par une série de volumes où la vision du Marquis est renforcée par la profusion du spectacle artistique, et où chaque artiste peut aller plus loin que ce qu’il n’a jamais osé en se subsumant sous les préceptes du Marquis de Sade.



 

BIOGRAPHIE DUMARQUIS DE SADE

La vie du Marquis de Sade a été aussi horrifiante que sa pornographie. Son éducation privilégiée fut interrompue de manière brutale quand sa belle-mère, qui d’abord l’adora puis ensuite le détesta, usa de son influence à la Cour de Louis XVI pour le faire emprisonner grâce à une ‘‘lettre de cachet’’, un ordre du Roi, que l’on ne pouvait remettre en cause par aucune action légale. Pendant douze ans, il croupit dans les prisons de l’Ancien Régime, d’abord au Château de Vincennes, puis à la Bastille, sans savoir quand il pourrait être relâché.

Pendant les premiers jours de juillet 1789, les foules se rassemblèrent dans les rues à l’extérieur de la Bastille. Le Marquis de Sade les appela en hurlant depuis sa cellule pour qu’ils se révoltent et libèrent les prisonniers. Il devenait trop dangereux pour les autorités et fut brusquement emmené en pleine nuit, le 4 juillet, à l’asile d’aliénés de Charenton. La Bastille fut prise le 14 juillet, et le geôlier en chef s’occupant du Marquis fut décapité par la foule. Les prisonniers de la Bastille devinrent les héros de la Révolution, et le Marquis fut relâché pour devenir un membre dirigeant du Nouvel ordre républicain mené par Marat, Danton et Robespierre.

Il ne fut pas libre longtemps. La Révolution devenant de plus en plus extrémiste, ses origines aristocratiques le rendirent suspect et, le 8 décembre 1793, il fut arrêté. Des charges furent retenues contre lui et la date de son procès fixée au 27 juillet 1794, il était alors certain qu’il serait condamné par le tribunal révolutionnaire. Nous étions au plus fort de la Terreur avec un Robespierre triomphant et des centaines de personnes étaient guillotinées chaque jour publiquement dans les rues de Paris. Le hasard lui sauva la vie car ce même jour, un coup d’État eut lieu contre Robespierre qui fut guillotiné à la place.

Tandis que la Révolution républicaine s’essoufflait, la fortune de Sade fut réduite à néant. Il n’avait aucun revenu et vivait dans une pauvreté de plus en plus grande, un indigent dans les rues de Paris. Ses efforts pour gagner sa vie en faisant jouer ses pièces et en faisant publier ses livres furent un échec final complet. Sa notoriété, associée à la publication clandestine de Justine, ou les malheurs de la vertu, indigna les Bonapartistes. Il fut arrêté et emprisonné, pour la seconde fois, à l’asile d’aliénés de Charenton, où il fut retenu indéfiniment de manière illégale et arbitraire par pur caprice de l’Empereur Napoléon.

La restauration de la monarchie en 1814 ne changea rien. Louis XVIII prolongea son incarcération à Charenton, en rendant ses conditions de détention encore plus strictes. Ainsi, le Marquis de Sade passa la majeure partie de sa vie d’adulte en prison, prisonnier du Roi, prisonnier de la République, puis de l’Empereur, pour finir à nouveau prisonnier du Roi. Le Marquis de Sade fut un ennemi de l’État plus qu’aucun autre homme dans l’histoire.



 

BIOGRAPHIE DEGERARD BERINGER

Gérard Beringer fut élevé par ses parents affectueux dans un tout petit village de campagne, dans le département de l’Ardèche, en France. Son père travaillait dans une usine près de la banlieue de Lyon, sa mère, une immigrée italienne, s’occupait de la maison. C’était un garçon maladif qui passait la plupart de son temps à la maison à dessiner et à peindre. Le village était situé près d’un château fort médiéval, le Château de Thorrenc, qui devint le sujet de beaucoup de ses dessins d’enfance, et qui aujourd’hui évoque sa vision du Château de Silling du Marquis de Sade dans La première journée de Sodome.

Lors des rares occasions où il réussit à fréquenter l’école locale du village, il ne rejoignit pas les autres enfants en classe. L’instituteur local remarqua qu’il ne s’intéressait qu’à l’art et il le laissa tranquille pour qu’il décore les bâtiments de l’école comme bon lui semblait. Suite à cette éducation non conventionnelle, il se retrouva sans diplôme, et il fit un apprentissage pour devenir peintre en bâtiments, ce qui était son seul moyen de gagner sa vie.

Sa vie changea radicalement quand un pasionné d’art tomba sur ses dessins et l’emmena à l’ École des Beaux Arts de Valence, où il obtint une bourse d’études et les moyens de poursuivre sa passion pour l’art. Son sujet de fin d’études fut une série de dessins qui illustraient Le Mort de Georges Bataille, ce que le jury d’examen considéra être un travail d’une telle qualité de réalisation qu’ils s’arrangèrent pour l’envoyer à Paris afin de poursuivre sa carrière.

Pendant ses premières années à Paris, il fut financé par des marchands d’art et des clients qui lui fournissaient un logement gratuit, souvent dans la maison de leur maîtresse, tandis qu’il subvenait péniblement à ses besoins en vendant ce qu’il pouvait. La qualité de son art a vite été reconnue avec une série d’expositions à Paris, à Marseille, à Toulouse, et à Tours. Son prestige s’accroît lors de trois expositions principales où il était le seul artiste, dans la galerie prestigieuse Berggruen à Paris, et il acquit une renommée internationale lors d’expositions à Amsterdam, à Bruxelles, à Copenhague, à Genève, à Madrid, à Montréal, à Oslo et à Rome.

Il habite maintenant dans son propre studio, près de la place Pigalle, et y a passé plus d’un an reclus, travaillant sans cesse à son chef-d’oeuvre, les travaux artistiques qui enluminent La première journée de Sodome du Marquis de Sade, et qui sont présentés au public dans ce volume.



EXPOSITIONS PERSONNELLES / SOLO EXHIBITIONS (SELECTION)

1971 Paris, Dessins pour ‘‘Le Mort’’ de Georges Bataille, Galerie Jacques Desbrières 1972 Paris, Anomanies. Galerie du Triangle 1972 Bruxelles, Anomanies. Galerie Montjoie 1972 Rennes, Anomanies. Galerie Jobbé-Duval 1974 Marseille, Autoportraits. Dessins et Photographies peintes, Galerie Athanor 1976 Genève, Autoportraits. Pastels et Dessins, Galerie Bernard Letu 1977 Amsterdam, Autoportraits. Dessins, Galerie Fijnault 1980 Paris, Portraits. Pastels et Dessins, Galerie Jean Briance 1984 Paris, Intérieurs, Paysages et Portraits, Galerie Berggruen 1985 Oslo, Natures mortes et Portraits, Galerie J.M.S. 1987 Paris, Portraits d’apparat, F.I.A.C., Galerie Berggruen 1988 Madrid, Portraits, Temperas, ARCO, Galerie Berggruen 1989 Paris, Dessins 1969-1989, Galerie Berggruen 1990 Madrid, Retratos, Galerie Barcena y Berggruen 1993 Paris, Portraits gra·vés, Emmanuel Boncenne, editeur, SAGA, Grand Palais 1994 Paris, Portraits, Galerie Philip 1994 Turin, Portraits gra·vés, Galerie Studio Ricalcati 1996 Pontoise, Temperas, Dessins, Gravures, .Musée Tavet-Delacour 1996 Atlanta, Portraits, Gravures et Dessins, Galerie Timothy Tew 1998 Auxerre, Gravures, La Passerelle 1999 Bordeaux, Gravures et Temperas, Galerie Théma 2000 Paris, Dessins, Galerie Bernard Dulon 2000 Lyon, Dessins, Gravures, Galerie Le Lutrin 2012 Privas, Portraits & autoportraits, Peinture dessin, Théâtre de Privas

EXPOSITIONS COLLECTIVES / JOINT EXHIBITIONS (SELECTION)

1972 Bruxelles, Dessins et aquarelles, Galerie Montjoie 1972 Paris, 8 ans- 8 jours, Galerie 3+2 1972 Anvers, Erotic Art, Spectrum Gallery, 1973 Paris, Les Animaux, Galerie Axis 1974 Copenhague, Cinq Dessinateurs contemporains, Institut français 1976 Paris, Les Vampires, Galerie Bijan Aalam 1976 Paris, Trait pour·trait, Galerie Jean Briance 1977 Paris, Onze propositions, Galerie Etienne de Causans 1977 Marseille, Figures du dessin contemporain, Galerie Athanor 1977 Paris, Les Miroirs, Galerie Bijan Aalam 1978 Ancy-le-Franc, les Chemins de la création, C.A.C. 1978 Paris, Peinture au beurre, Galerie Jean Briance 1978 Paris, Dessins, Galerie Jean Leroy 1978 Tours, Tours Multiple, Ville de Tours 1978 Paris, F.I.A.C., Grand Palais, Galerie Jean Briance 1979 Paris, Dessins, pastels, peintures, Galerie Jean Briance 1980 Ancy-le-Franc, Chemins de Ia création, C.A.C. , Chateau de Tanlay 1980 Rennes, Panique universelle, Maison de la Culture 1980 Paris, F.I.A.C., Grand Palais, Galerie Jean Briance 1981 Jouy-en-Josas, Le Réel et L’Imaginaire • Les Réalismes d’Aujourd’hui, Centre Canrobert 1982 Paris, Le Dessin français contemporain, Musée de la Seita 1982 Neuchâtel, Autoportraits de Rembrandt à Hockmey, Galerie Ditesheim 1983 Paris, Le Dessin français contemporain, exposition organisée par le Musée de la Seita : Centre culturel français, Milan: Centre culturel franco-italien, Turin : Centre culturel français, Rome, Budapest, Llubljana, Skopje, Varsovie, Cracovie 1984 Paris, F.IA.C., Grand Palais, Galerie Berggruen 1984 Tanlay (Yonne), Souvenirs d’un musée à la campagne 1965-1981, 1984 Ancy-le-Franc, Chemins de Ia création, C.A.C., Chateau de Tanlay 1985 Paris, 30 Peintres - 30 Pastels, Galerie Atelier Lambert Rouland 1985 Tanlay, Matisse et cinq dessinateurs, C.A.C., Chateau de Tanlay 1985 Paris, F.I.A.C., Grand Palais, Galerie Berggruen 1986 Paris, Autoportraits contemporains, Musée de la Seita 1986 Paris, Maitres-Graveurs Contemporains, Galerie Berggruen (catalogue avec sérigraphie de Gérard Beringer) 1987 Paris, Accrochage hiver 1987-1988, Galerie Berggruen 1987 Paris, F.I.A.C., Grand Palais, Galerie Berggruen 1988 Saint-Quentin en Picardie, 1ere Biennale lnternationale du Pastel- 1ere Prix Maurice Quentin de la Tour 1988 Cergy-Pontoise, le F.R.A.C. lle-de-France, Prefecture du Val-d’Oise 1989 Etampes, Huit artistes figuratifs - Dernières acquisitions du F.R.A.C. lle-de-France, Hôtel Anne de Pisseleu 1990 Toulouse & Paris, Le Visage dans l’art contemporain, Musée des Jacobins, Toulouse ; Musée du Luxembourg, Paris 1990 Châtillon, Châts à Châtillon, Pavillon des Sablons 1991 Saint-Michel-sur-Orge, Figuration et Abstraction, oeuvres du F.R.A.C., Espace Marcel-Carné 1993 Paris, Nioques. Des écrivains. Des peintres. Au lieu dit du livre La Sétéré, Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris 1993 Paris, Estampes, Galerie Philip 1994 Paris & Lyon, La Vie, L’Amour, La Mort, Dix ans de criatiou photographique autour du SIDA, Galerie photo de la F.N.A.C. 1997 Pontoise, Natures mortes du XX’ siècle, Musée Tavet-Delacour 1999 Sens, Galerie Abelard 2004 Saint-Quentin, Nouveaux regards sur le pastel, Galerie Saint-Jacques 2009 Sens, Dessin, Galerie Abelard 2010 Pontoise, Musée, La collection Devès Musée Tavet-Delacour

PERMANENT EXHIBITIONS

Fonds National d’Art Contemporain, Paris (F.N.A.C.) Musée National d’Art Moderne - Centre Georges Pompidou, Paris Fonds Regional d’Art Contemporain d’Ile-de-France, Paris (F.R.A.C.) Musée Tavet-Delacour, Pontoise



BOOK TO BE PUBLISHED
BY TAMBAR ARTS LTD

THE FIRST DAY OF SODOM /
LA PREMIÈRE JOURNÉE DE SODOME
by the / du Marquis de Sade and / et Gérard Beringer

Publication date: To be confirmed

New English translation will be provided by publication date
ISBN 978-0-9572966-6-4
Artwork copyright © 2013 by Gerard Beringer

Publisher: Tambar Arts Ltd
Hamilton House
Mabledon Place
Bloomsbury
London WC1H 9BB
Tel: +44 (0) 207 554 8584
Fax: +44 (0) 207 554 850
Web: www.tambar.co.uk

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy euismod tincidunt ut laoreet dolore magna nibh.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper suscipit lobortis nisl ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis.

Thank You
for Your eMail

 
 
 
LOADING